Mercedes

Le Mercedes CLS transforme la sage Classe E en coupé 4 portes rageur.

Mercedes CLS

la grande classe

Mercedes offre un nouveau tour de piste à son CLS, majestueux coupé 4 portes qui montre une nouvelle fois tout le savoir-faire de l’Étoile lorsqu’il s’agit de produire des véhicules d’exception.
En courbant l’échine pour recevoir son titre de l’année 2005, la Mercedes CLS envoyait au monde un message qu’il ne s’attendait pas à recevoir et, surtout, à apprécier autant : oui, il est possible pour un coupé de proposer 4 portes. Ford fait bien des berlines deux portes depuis 1920 ! Les puristes ont bondi et fulminent toujours de rage devant cette aberration théorique, mais le succès, lui, est bien réel. Ce parti pris a fait fureur en Europe, les trajectoires de la Volkswagen CC, de l’Audi A7 ou même du CLA de l’Étoile étant là pour en témoigner. L’initiateur de cette tendance est désormais de retour.

Formule magique
La formule est simple : vous prenez une Classe A, vous coupez tout ce qui dépasse et abaissez la caisse, vous frayez des lignes plus radicales dans la silhouette de la sage berline, vous choisissez avec soin les moteurs les plus rageurs et vous obtenez un coupé 4 portes au caractère bien trempé. Pour cette nouvelle génération, Mercedes a particulièrement retravaillé l’esthétisme.
Ne cherchez pas les coups de crayon, vous ne les trouverez pas : le CLS semble avoir été taillé par le vent. L’Étoile annonce d’ailleurs un coefficient de pénétration dans l’air (Cx) de seulement 0,26. On retrouve la calandre diamant à une lamelle disposée sur l’ensemble des coupés de la marque, bien cernée par les projecteurs plongeants qui accentuent le dynamisme de ce nouveau CLS. Irrémédiablement attiré par l’asphalte, le CLS semble ainsi vouloir dévorer la route.
À l’intérieur, c’est une nouvelle fois le grand luxe. Rien n’est laissé au hasard. Large console centrale plaquée de bois, planche de bord en simili cuir, soixante-quatre couleurs d’ambiance personnalisables, sièges enveloppants et finitions dignes des plus belles productions de l’Étoile… le plaisir de vivre l’automobile est bel et bien intact dans cette ode ultime au confort et au luxe. Pour la première fois, le CLS peut accueillir à son bord 5 personnes qui pourront tester le système « Energizing »
gérant simultanément les fonctions de la climatisation (y compris la diffusion de parfum d’ambiance) et des sièges (chauffage, ventilation, massage). Plusieurs programmes, selon l’humeur, sont disponibles : fraîcheur, chaleur, vitalité, joie, bien-être et même remise en forme. Les nouvelles technologies sont bien entendu au rendez-vous avec, en ligne de mire, la conduite autonome. On peut même garer le CLS grâce à son smartphone. On se positionne près de la place choisie, on sort du véhicule, on lance l’application et le tour est joué !

La route lui appartient
Si le CLS sait se mouvoir tout seul dans les embouteillages ou sur l’autoroute, pouvant tourner, accélérer, freiner et garder ses distances sans la moindre intervention du conducteur, le coupé confère tout de même à son hôte de très belles sensations. Sous le capot, on retrouvera au lancement trois moteurs 6-cylindres, deux diesels et un essence :
350 d 4Matic de 286 chevaux (600 Nm), 400 d 4Matic de 340 chevaux (700 Nm) et 450 4Matic. Le bloc essence étrenne le système hybride EQ Boost (alterno-démarreur intégré) qui lui permet d’offrir 367 chevaux et 500 Nm, doublés d’un petit supplément temporaire de 20 ch et de 250 Nm de couple. Le
0 à 100 km/h est ainsi dévoré en seulement 4,8 secondes. Une version AMG est également envisagée pour que la fête soit complète. Les tarifs démarrent à 76 100 € et s’échelonnent, selon les niveaux et les options, jusqu’à
100 000 €.

Fiche technique Mercedes CLS

• Moteur : V6 350d
• Cylindrée : 2 925 cm3
• Puissance : 286 ch
• Couple : 600 Nm
• Dimensions: 4,99 x 1,89 x 1,44 m
• Capacité du coffre : 490 litres
• Poids : 1 935 kg
• Consommation moyenne : 5,6 l
• Vitesse maxi : 250 km/h (circuit)
• Accélération 0 à 100 km/h : 5 sec
• Émissions de CO2 : 148 g/km



Le Class X s’appuie sur la base technique du Renault Alaskan et du Nissan Navara. Preuve de la bonne santé du partenariat entre l’Alliance et l’Étoile.

MercedesClasse X

à la croisée des chemins

Les pick-up connaissent un engouement sans précédent. Entre les avantages fiscaux dont ils jouissent et leur charisme qui inspire sécurité et confort, ces infatigables aventuriers en imposent. Mercedes l’a bien compris, qui revoit en profondeur son Classe X.

Dans l’ombre écrasante de la déferlante des SUV, une tendance de fond se dessine depuis quelques années : l’âge d’or des pick-up qui séduisent de plus en plus. Avec des ventes qui ont triplé en trois ans, ce genre particulier sort de sa niche et affiche au grand jour ses avantages. Et pas des moindres. Considérés comme des véhicules utilitaires, les pick-up ne subissent pas les affres de l’écomalus et il est possible, en cas d’enregistrement comme véhicule professionnel, de récupérer la TVA. Des atouts de poids quand on sait que les barèmes se sont largement durcis ces dernières années et salent rapidement les additions. Surtout lorsque l’on cherche une voiture haut de gamme, comme peuvent l’être les SUV allemands, tels le BMW X6, l’Audi Q6 ou le Mercedes GLS. Bien conscient qu’il y a là un marché à satisfaire, l’Étoile revoit en profondeur son Classe X, parfaite incarnation du gentleman-farmer.

Pour la gentry
L’élégant pick-up de Mercedes allie à la perfection les avantages de son genre, à savoir la robustesse et la grande capacité de chargement ou de tractage, à de belles qualités de grand voyageur. Il ajoute à toutes ces bonnes notes le savoir-faire de l’Étoile en matière de confort tout en conservant un avantage tarifaire certain par rapport à ses lointains cousins les crossovers. La firme de Stuttgart a profité de son partenariat avec l’Alliance Renault-Nissan pour concevoir cet élégant baroudeur qui s’appuie sur la plateforme commune de l’Alaskan et du Navara. Le Classe X se différencie avant tout grâce à son style très germanique. La calandre a été redessinée pour rejoindre les codes stylistiques du reste de la gamme et l’on retrouve la signature lumineuse des SUV étoilés. L’arrière se différencie moins de ses rivaux français et japonais. Mais c’est à l’intérieur que les changements sont les plus notables, avec une ambiance premium omniprésente. Dès que l’on prend place dans l’habitacle, on oublie immédiatement que l’on se trouve dans un véhicule au tropisme utilitaire. La planche de bord ressemble à celle des GL, comme en témoignent la double casquette sur les compteurs, les aérateurs ronds, l’écran tactile 8,4 pouces, le plaquage façon aluminium ou encore la sellerie en cuir (option). Alors, certes, l’habitabilité arrière et quelques assemblages rustiques rappellent que nous sommes dans un pick-up, mais la présentation est de très grande tenue. La benne, elle, est capable de charger jusqu’à 1,1 tonne et le Classe X peut tracter jusqu’à 3,5 tonnes. Mercedes réinvente ainsi l’utilitaire de loisir.

Sans peur et sans reproche
Les ingénieurs de Mercedes ont largement retravaillé le châssis d’origine afin de rendre encore plus confortable la vie à bord. Des amortisseurs spécifiques ont d’ailleurs été installés à cette même fin. Pour une meilleure assise sur la route, les voies ont également été élargies. Le Classe X est ainsi moins sensible au roulis que le Navara ou l’Alaskan et avale les petites routes sinueuses avec délectation. Sous le capot, on retrouve le
2,3 l diesel de 190 ch, qui est le même que celui du Renault Trafic. Il faudra attendre l’année prochaine pour avoir accès au V6 maison de 258 ch qui ravira ceux qui ont besoin d’un supplément de couple pour tracter de lourdes charges. Le bloc tricolore s’en sort avec les honneurs pour mouvoir avec aisance les 2,2 tonnes de la bête. La transmission est à la carte et sublime les grandes qualités de franchisseur du Classe X,
bien aidée par les technologies comme l’aide à la descente. Le baroudeur de Mercedes est proposé en 3 finitions (Pure, Progressive et Power) et s’affiche à des tarifs allant de 36 780 € à
50 243 €. Des prix qui s’expliquent par la présence d’équipements dignes des grandes berlines de la marque comme la climatisation automatique, le système d’ouverture sans clé, un détecteur de pluie ou encore un volant en cuir. Les technologies de conduite semi-autonome, comme la caméra 360 degrés ou l’alerte de franchissement de ligne, sont, elles, proposées en option. Des trois cousins, le Classe X est ainsi le plus cher, devant le Renault puis le Navara, mais aussi le plus classieux.

Fiche technique Mercedes Classe X 250d 190 ch

• Moteur : 4 cylindres turbo diesel
• Cylindrée : 2 298 cm3
• Puissance : 190 ch
• Couple : 450 Nm
• Vitesse max : 175 km/h
• Accélération 0-100 km/h : 11,8 s
• Consommation mixte : 6,9 l
• Émissions de CO2 : 207 g/km

Les plus :
• Style
• Confort
• Équipement
• Capacité de charge
• Capacité de franchisseur

Les moins :
• Prix des équipements
• Absence du V6 258 ch
• Certains plastiques

2018-03-16T12:26:05+00:00 07/09/2017|Categories: AUTO-MOTO & SPORTS|Tags: |