LEXUS

Le travail réalisé par les designers pour allonger le déjà très imposant RX tout en rendant une copie encore plus séduisante est à montrer dans toutes les écoles de design automobile.

Lexus RX450, une place à part.

Les SUV 7 places ont le vent en poupe. Face à une demande qui ne cesse de croître, Lexus ne pouvait rester sourd plus longtemps à l’appel. Le RX a ainsi suivi une petite cure d’hormones de croissance. Et la proposition est par bien des points déconcertante…

Lancé en 2015, le Lexus RX était loin d’être une demi-portion. Avec ses 4,89 m de long, il toisait déjà bon nombre de ses concurrents. Or, ce vaillant SUV premium ne proposait pas de version 7 places à son catalogue. Une incongruité quand on sait que l’Opel Zafira, qui inaugura le genre il y a vingt ans de cela, ne mesurait « que » 4,31 m. Les raisons étaient pourtant évidentes : les choix esthétiques, concrétisés par une ligne de toit fuyant vers l’arrière et un hayon oblique, empêchaient tout accès digne de ce nom à une hypothétique troisième rangée. Pour répondre à la concurrence des Volvo XC90, BMW X5 et Audi Q7, les ingénieurs de Lexus ont décidé de revoir leur copie. C’est ainsi qu’est né le RX 450h L. Avec un grand « L » pour « large » : cette nouvelle version mesure désormais 5 m et devance une nouvelle fois la concurrence. Elle dépasse même le XC90 (4,95 m), le plus grand de la lignée. On aurait pu croire que cette cure d’hormones de croissance aurait des conséquences fâcheuses sur les lignes générales. Mais il n’en est rien : le travail des designers est exemplaire et le RX 450h L est encore plus séduisant dans sa version longue. Il faut dire que les petites mains nippones n’ont pas rechigné à la tâche : nouvelle calandre plus agressive, touches de chrome, toit posé assez bas, flancs remarquablement sculptés, porte-à-faux arrière parfaitement intégré… le résultat est sublime. Cette prise d’embonpoint ajoute un charisme indéniable au SUV nippon. À l’intérieur, nous sommes en terrain connu. Les matériaux utilisés sont toujours aussi luxueux et les finitions toujours aussi maîtrisées. L’écran central de 12,3 pouces (finition Luxe) rehausse une présentation haut de gamme. Il ne manque au Lexus RX 450h L qu’une instrumentation digitale et des suspensions pneumatiques pour se hisser au même niveau que les vaisseaux amiraux du premium allemand. Fait rare pour un 4×4, les passagers arrière bénéficient de l’absence de tunnel de transmission. Il est pourtant dommage que la place du milieu ait été si mal conçue avec son assise bombée et son dossier dur. Trois personnes peuvent ainsi prendre place sur la deuxième rangée, mais seules deux pourront véritablement voyager longuement. Même constat pour la rangée du fond, censée accueillir deux autres passagers. En pratique, ces places seront réservées à des jeunes enfants tant l’espace aux jambes est réduit. C’est d’autant plus regrettable que Lexus a été aux petits soins avec ces occupants éloignés en leur réservant une climatisation propre et, surtout, des sièges qui se plient et se déplient électriquement. Le RX 450h L est ainsi une excellente version du RX, mais pas un authentique 7 places.

L’hybridation à la rescousse

Il a pourtant bien d’autres qualités. À commencer par sa motorisation. Sous le capot, c’est un V6 essence « à l’ancienne » qui officie, avec tout l’agrément que cela implique. Ce bloc atmosphérique de 3,5 l développe 263 ch. Il est secondé, au démarrage et dans les phases d’accélération intenses, par deux moteurs électriques. Le premier offre 167 ch au train avant, le second 68 ch au train arrière. Même plus grande et plus lourde (2 205 kg) que la version hybride de base (+ 105 kg), cette déclinaison demeure performante : le 0 à 100 km/h est avalé en 8,0 s. Ce choix de motorisation est idéal : le V6 offre un confort inégalable et vient gommer les désagréments de l’hybride, tandis que cette technologie lui permet de rentrer dans une zone de malus encore acceptable (690 €) tout en conservant un prix nettement plus raisonnable que les concurrents rechargeables. Le RX 450h L s’affiche ainsi à 72 100 €, les travaux d’agrandissement représentant un surcoût de 3 200 €. Par comparaison, l’Audi Q7 e-tron coûte 84 500 €. Seul le Volvo XC90 tient la dragée haute au Lexus en termes de prix, les moteurs thermiques diesel des autres concurrents les disqualifiant totalement face au malus. En répondant maladroitement à sa mission de proposer un véritable 7 places, le RX 450h L réussit ainsi à briller sous d’autres angles encore plus avantageux.

Fiche technique du Lexus RX450h L :
• Moteur : essence V6, atmosphérique + électrique
• Cylindrée : 3 456 cm3
• Puissance : 263 ch
• Couple : 335 Nm
• Moteur électrique : 167 ch et 335 Nm (AV), 68 ch et 130 Nm (AR)
• Puissance cumulée : 313 ch
• Longueur : 5,00 m
• Largeur : 1,90 m
• Hauteur : 1,70 m
• Empattement : 2,79 m
• Volume du coffre : 591 l (7-places)
• Capacité du réservoir : 65 l
• Poids à vide : 2 205 kg
• 0 à 100 km/h : 8,0 s
• Vitesse maxi : 180 km/h
• Conso mixte : 5,9 l/100 km
• Rejets de CO2 : 136 g/km
• Autonomie 100 % électrique : 2 km (jusqu’à 40 km/h)
• Malus écologique : 690 €

2018-09-11T15:43:28+00:00 05/09/2018|Categories: AUTO-MOTO & SPORTS|