Ford

Ford revoit en profondeur son EcoSport, qui prépare le terrain pour l’arrivée d’un vrai SUV, l’Active, prévue pour le courant de l’année.

Ford Ecosport

ne vous fiez pas aux apparences

Ne vous laissez pas impressionner par l’imposante stature du Ford EcoSport. Si le SUV américain a des airs un peu altiers, il se révèle tout à fait avenant, surtout pour les grandes familles.

Drôle de cas d’école que ce Ford EcoSport. Le constructeur américain l’avait d’abord conçu pour aller crapahuter sur les routes sinueuses et souvent délicates d’Inde et d’Amérique du Sud. En 2013, la firme de Détroit impose sa silhouette particulière au marché européen. Toit très haut, traits tout en force, porte de coffre à ouverture latérale et même, à l’époque, roue de secours accrochée à l’arrière… l’EcoSport dénotait dans un monde qui voyait naître la nouvelle génération de SUV. Son imposante stature de grand routier jure un peu avec les styles aiguisés et sportifs de la nouvelle vague.
Mais, face à l’arrogance de ses jeunes rivaux, l’EcoSport ne sourcille pas et sait que ses forces sont ailleurs. En 2015, la roue style vieux 4×4 disparaît, mais c’est encore insuffisant pour faire face à la concurrence. Pour cette année qui s’annonce, il passe enfin sur la table à dessin pour permettre à l’exigeant public européen de patienter jusqu’à la sortie, sans doute cet été, de la Ford Active, véritable SUV moderne. Si le Ford EcoSport a l’air altier, ce n’est qu’une apparence. Sa capacité d’accueil, son habitabilité et positionnement clément avec nos portefeuilles en font une alternative sérieuse aux ténors de ce segment de plus en plus concurrentiel.

Progrès notables
Bien que Ford occupe régulièrement les premières places au palmarès européen des voitures les plus vendues, notamment avec la Fiesta et la Focus, le constructeur américain prend son temps pour se positionner sur ce marché particulier. Pour montrer toute sa bonne volonté, la firme de Détroit n’a pas compté ses efforts dans ce restylage en règle. Changement de chaîne de production avec la création en Roumanie d’une ligne dédiée à l’Europe, face avant entièrement redessinée, nouvelle planche de bord, teintes bicolores pour parfaire la personnalisation com-me ses rivaux… l’ensemble gagne en cohérence et correspond davantage aux standards du Vieux Continent. La nouvelle mouture est plus séduisante, et le modèle ST-Line ajoute même un peu de sportivité et d’attrait au design de l’EcoSport, avec un kit de carrosserie, des jantes en alliage de 17 pouces de série, un toit bicolore peint et, dans l’habitacle, de nombreux clins d’œil à l’univers ST de la marque – à commencer par un volant garni de cuir. Les changements à l’intérieur impressionnent, comme en témoigne le système d’infodivertissement issu de la Fiesta.
Extrêmement bien pensé, il dispose d’une belle définition d’affichage. Le nouveau tableau de bord plus clair et la qualité des plastiques intérieurs sont en nette hausse. L’EcoSport devient véritablement agréable à vivre. Régulateur de vitesse, phares et essuie-glaces automatiques, système Apple Car et Android Auto, caméra de recul… la dotation s’enrichit, même si l’on est encore loin des références du marché.

Alternative économique
Sous le capot, la bonne volonté de Ford se confirme avec l’arrivée de trois nouveaux moteurs : le 1 l essence 140 ch,
et le 1,5 diesel en 100 et 125 ch. La bonne nouvelle vient du fait que l’EcoSport propose, en option, une transmission intégrale. Affiché à
18 900 € en 1 l 125 ch, l’EcoSport a le bon goût de se positionner en dessous du Citroën C3 Aircross (19 250 €) et que le Renault Captur (19 990 €). Le milieu de gamme est un peu plus cher que ces deux références, mais toujours en deçà de la Peugeot 2008, qui ne brade pas sa place de leader du segment. Mais l’option transmission intégrale change toute la donne, faisant de l’EcoSport le 4×4 le plus abordable du marché.

Fiche technique ord Ecosport 1l 125 ch

• Fiche technique :
• Moteur : 3-cylindres turbo essence
• Cylindrée : 998 cm3
• Puissance : 125 ch
• Couple : 170 Nm
• Dimensions : 4,1 x 1,77 x 1,65 m
• Poids : 1 280 kg
• Coffre : 356 l
• Réservoir : 52 l
• 0 à 100 km/h : 11,8 s
• Vitesse max. : 180 km/h
• Consommation mixte : 5,2 l
• Rejet de CO2 : 119 g/km

Les plus :
• Tarifs
• Transmission 4×4
• Habitabilité

Les moins :
• Roulis
• Porte arrière coulissante


Dotée d’un moteur V8 de 450 chevaux capable d’avaler le zéro à 100 km/h en 4,3 s, la nouvelle Mustang, avec ses lignes encore plus séduisantes, est un coupé sportif doté d’un immense pouvoir d’attraction. C’est d’autant plus vrai que ces tarifs, même plombés par un malus de 10 500 € sont à des années-lumière de la concurrence.

Ford Mustang

100% pur sang

Les légendes ne meurent jamais. Malgré quelques années de disette, la Ford Mustang a gardé intègre l’aura qui l’entoure depuis sa sortie en 1964. Le cheval fougueux américain nous est revenu plus en forme que jamais en 2015. Ford lui offre un restylage de mi-parcours qui assoit encore un peu plus sa position d’objet de toutes les tentations.

Les grands noms de l’automobile ont l’avantage sur le commun des modèles de pouvoir s’offrir quelques années dans l’ombre. Leur gloire originelle rayonne toujours suffisamment. Au Panthéon des voitures qui ont fait l’histoire, la Mustang trône en bonne place. Les amateurs de belles mécaniques et de bolides musclés frissonnent toujours à l’évocation de ce nom glorieux apparu en 1964. Certes, les pages de sa vénérable histoire n’ont pas toutes été écrites en lettres d’or, mais les derniers paragraphes, initiés en 2015, ont relancé au grand galop ce mythe américain. La dernière génération est tout simplement le coupé sportif le plus vendu au monde. En France, le cheval fougueux a également séduit le public qui ne s’est pas laissé décourager par le malus écologique qui lui retenait durement la bride. Les deux versions disponibles sont l’une et l’autre frappées par un surcoût de 10 500 € auquel vient s’ajouter la taxe annuelle. Malgré cette disgrâce, la Mustang reste un coupé sportif à part qui, dans sa zone de prix, n’a pas de concurrentes.

De la robe et du caractère
La nouvelle Mustang n’a pas dû rester bien longtemps sur la table à dessin. Sans doute les designers de Ford craignaient-ils qu’elle ne s’impatiente, emportée par son tempérament de feu. On note l’apparition de feu 100 % LED, de traits plus galbés au niveau du capot et d’ouïes d’aération qui viennent renforcer son caractère indomptable. Les stylistes ont ainsi su renouer avec les lignes qui ont fait sa légende. À l’intérieur, il convient de saluer les efforts réalisés par le constructeur en termes de finition et d’assemblage. Ces deux critères n’étaient pas de grands points forts des modèles précédents et Ford a tenu à changer les matériaux utilisés. Preuve de la bonne volonté de la firme, l’affichage se modernise avec un écran 12 pouces qui vient remplacer les compteurs. Ford ne souhaite pas jouer dans la cour des sportives Premium, préférant un ticket d’entrée bien moins élevé, mais soigne la présentation. Les tarifs débutent à
39 900 € en version 4-cylindre Ecoboost avec la boîte de vitesses manuelle à six rapports. C’est une augmentation de
2 400 € par rapport à la précédente version. Une hausse qui s’explique par la présence de nouveaux équipements de série comme les compteurs digitaux, le volant chauffant, les phares à LED ou encore les compteurs digitaux. Sans doute faudra-t-il également piocher dans la liste d’options pour profiter pleinement de la bête. On pense à la boîte automatique à dix rapports (2 000 €) ou à la suspension adaptative (2 000 €). Ce sera surtout vrai avec le V8. Le 2,3 l turbo Ecoboost perd en effet une trentaine de chevaux (290 ch) afin de répondre aux normes antipollution. Le plus gros des moteurs, le 5 l 8-cylindres, les récupère et voit sa puissance passer de 421 à 450 ch avec une injection doublée, directe et indirecte. Il va sans dire que c’est ce second moteur qui nous a le plus éblouis. Le petit bloc permet de profiter des atours d’une Mustang mais sans l’ivresse de celle-ci. Le manque de tempérament n’est pas vraiment gênant en soi mais ne correspond pas à l’ADN de la voiture. Il faut tout de même relativiser : la « petite » Mustang avale le zéro à 100 km/h en 5,5 s. Le V8 quant à lui est un pur bonheur aussi bien à écouter vrombir qu’à manœuvrer. La conduite est nerveuse, radicale, brutale parfois, à l’image de l’animal fétiche de la protégée de Ford. Les aides à la conduite permettent de dompter ce caractère fougueux sans brider les émotions qu’il procure. Malgré ses 1 800 kg, la Mustang V8 offre des sensations pures et boucle le 0 à 100 km/h en 4,3 s avec la boîte automatique à dix rapports. Il faudra tout de même compter 46 900 €, hors malus (10 500 €), pour s’offrir ce bel animal. Par comparaison, l’Audi RS5 s’affiche à 96 520 €…

Fiche technique Ford Mustang 2018 V8

• Dimensions : 4,78 x 1,96 x 1,38 m
• Volume de coffre : 408 l
• Capacité du réservoir : 61 l
• Moteur : 8-cylindre
• Cylindrée : 5 038 cm2
• Puissance : 450 ch
• Couple : 529 Nm
• 0 à 100 km/h : 4,3 s
• Poids : 1 831 kg
• Vitesse max : 249 km/h
• Consommation mixte : 12,4 l
• CO2 : 270 g/km
• Malus : 10 500 €

2018-05-30T15:33:36+00:00 07/09/2017|Catégories : AUTO-MOTO & SPORTS|Mots-clés : |