Hyundai

Pour la première fois de l’histoire du constructeur coréen, la Hyundai i30 étrenne le badge « N » qui anoblira dorénavant les déclinaisons sportives de ses modèles.

Hyundai 30N

comme les grandes

Hyundai a pris soin de parfaire son i30 afin que celle-ci vienne concurrencer frontalement les compactes européennes sans avoir à rougir de la comparaison. Un pari qui, pour être pleinement réussi, se devait d’intégrer une version sportive. C’est aujourd’hui chose faite avec l’i30 N.

Avec la sortie de l’i30 en début d’année, Hyundai n’a pas caché son ambition de venir concurrencer sur leurs terres les Peugeot 308, Renault Clio et autres Volkswagen Golf, comme le constructeur coréen l’avait fait, quelque temps auparavant, avec l’i20. Nouvelle plateforme, moteurs inédits, équipement toujours pléthorique et qualité de finition nettement en hausse confirmaient alors les bonnes intentions de Hyundai. Mais il est difficile de s’imposer sur un segment aussi concurrentiel que celui-ci sans avoir réussi à imposer une solide image de marque. Cela passe nécessairement par une déclinaison sportive de haut rang, comme la 308 GTI, la Clio RS ou la Golf GTI. Si Hyundai a déjà mis un pied dans la porte en s’engageant durablement en championnat du monde de rallye WRC depuis 2014, il manquait quand même un modèle qui vienne concrétiser cet allant. C’est chose faite avec cette i30 N qui s’apprête à enflammer la route. Cette appellation a été spécialement imaginée en hommage au centre de recherche et développement de la marque basé à Namyang ainsi qu’au célèbre circuit du Nürburgring, où les voitures les plus performantes font leurs premières armes et s’étalonnent. L’i30 a ainsi la lourde tâche d’étrenner ce badge dans un contexte concurrentiel particulièrement relevé.

À prendre au sérieux
Certes, l’i30 n’a pas le passé glorieux de celles à qui elle aimerait faire de l’ombre, mais la compacte sportive coréenne n’est pas venue jouer les figurantes. Avec ses immenses jantes, ses prises d’air démesurées, son béquet flatteur et ses larges sorties d’échappement, il est certain qu’elle en impose. La présentation ne souffre d’aucun défaut particulier et l’assemblage est toujours aussi réussi, avec un niveau de finition largement dans les standards européens. L’esprit sportif, principalement porté par des sièges baquets au demeurant très agréables et par une position de conduite adaptée, s’est toutefois dilué dans un intérieur un peu trop classique, comme s’il avait fallu répondre à un cahier des charges germanique. C’est sans doute le seul reproche que l’on pourra faire à cette i30 survitaminée. Une petite ombre vite dissipée une fois le contact mis. Le bloc 2 l turbo développant 275 ch ravive immédiatement la flamme. Sa sonorité a d’ailleurs été retravaillée pour renforcer le caractère de la compacte en lui donnant des notes de rallye sans jamais être assourdissante. Les reprises sont excellentes, grâce au couple généreux de 353 Nm (378 Nm avec l’overboost) et les montées dans les tours sont véritablement réjouissantes. Le 0 à 100 km/h est bouclé en 6,1 s, ce qui place cette i30 dans la bonne moyenne du segment. Les petites pétarades de l’échappement qui se font entendre à chaque rétrogradage viennent parfaire un tableau sportif que le comportement de
l’i30 N ne viendra pas ternir. La direction est d’une agréable fermeté et offre un excellent retour permettant de profiter d’un train avant agressif et précis. Le différentiel autobloquant est rarement pris en flagrant délit de sous-virage et la boîte de vitesses sans fioriture est un régal. L’i30 N propose cinq modes de conduite (Eco, Normal, Sport, N et Custom) qui permettent, sur simple pression sur les touches du volant, de jouer sur les curseurs « polyvalence » et « sportivité » en modifiant la réponse moteur, la sonorité, la suspension adaptative, le différentiel ou encore la direction. L’i30 N s’avère ainsi une extraordinaire dévoreuse de virages.

Proposition indécente
À 34 800 €, l’i30 N se paie le luxe d’être la compacte sportive la plus attractive du marché, grâce à son équipement de série toujours très riche. Comme de coutume chez les constructeurs coréens, la liste des options est en effet réduite à la portion congrue et la dotation de base comprend notamment la navigation avec écran 8 pouces, la recharge par induction, les feux full LED automatiques, la caméra de recul ou encore la sellerie cuir et alcantara, sans compter le différentiel électronique à glissement limité, la suspension adaptative et le système Rev Matching (talon-pointe automatique) propre à la version N. Plus accessible que la Golf GTI Performance (36 300 €) – moins puissante – et que la 308 GTI (38 700 €) aux performances comparables, l’i30 N est sans conteste en train de se faire un nom.

Fiche Technique Hyundai i30N :

• Moteurs : 4-cylindres essence turbo
• Cylindrée : 1 998 cm3
• Puissance : 275 ch
• Couple : 353 Nm
• Transmission : manuelle à 6 rapports
• Dimensions : 4,33 x 1,79 x 1,45 m
• Coffre : 395 l
• Poids : 1 429 kg
• 0 à 100 km/h : 6,1 s
• Vitesse max. : 250 km/h
• Consommation mixte : 7,1 l
• Émissions de CO2 : 163 g/km
• (3 290 € de malus)

Les plus :
• Équipement
• Prix
• Polyvalence

Les moins :
• Présentation intérieure trop
• proche des autres versions
• Malus écologique

2018-03-13T17:38:30+00:00 13/03/2018|Catégories : AUTO, AUTO-MOTO & SPORTS|