Lexus

Toyota s’apprête à remplacer le système hybride de sa Prius et de son Auris, mais lui fait une dernière fois confiance dans cette nouvelle version de la Lexus CT200 h qui est la seule compacte hybride du marché.

Lexus CT 200

partie pour durer

Toyota est si satisfait de sa Lexus CT200 h que le constructeur japonais opère aujourd’hui un second restylage en sept ans de carrière alors que l’on aurait pu s’attendre à l’arrivée d’une nouvelle génération. Et la formule fonctionne tellement bien qu’il suffit de bonifier les ingrédients pour que la plus vendue des Lexus reparte de l’avant en attendant la relève !

Toyota a de longue date été pris entre deux feux. D’un côté, le constructeur japonais a bâti sa légende sur ses modèles les plus sportifs, brillamment entrés dans l’histoire du sport automobile. De l’autre, il a construit son empire sur des modèles grand public à vocation mondiale qui, s’ils n’attisaient pas la flamme de la passion, avaient le mérite de se vendre partout sur la planète. Dans le même temps, la firme nipponne a pleinement réussi son pari de l’hybridation entamée il y a près de vingt ans maintenant avec la Prius, véhicule passe-partout capable de s’imposer sur tous les marchés. En 2011, Toyota, à travers sa filiale de luxe Lexus, faisait le pari de réconcilier ses deux visages. C’est ainsi qu’est née la CT200 h. L’objectif était de reprendre la base technique de la Prius et d’en accommoder la forme afin de répondre aux exigences du segment Premium. Un défi parfaitement relevé puisque la Lexus CT200 h est le modèle le plus vendu de la marque dans la plupart des pays où celle-ci est proposée. En règle générale, les modèles aussi importants connaissent une durée de vie en deux temps : ils commencent par faire leurs preuves durant environ quatre ans puis subissent un restylage de mi-carrière avant d’être remplacés par une nouvelle génération au bout de huit ans. En 2014, Lexus a bel et bien peaufiné sa CT200 h et l’on aurait pu s’attendre à ce qu’une nouvelle génération prenne la route en 2018. Mais le constructeur est tellement satisfait de sa formule qu’il n’a pas trouvé nécessaire de la modifier de fond en comble.

L’outrage du temps

La CT200 h n’a pas passé beaucoup de temps sur la table à dessin. On note tout juste l’évolution des feux de jour qui adoptent la nouvelle signature lumineuse de la marque, un petit coup de crayon au niveau des antibrouillards et des feux arrière ainsi qu’une nouvelle teinte bleue « Saphyr » inédite. Et… c’est tout ! Même à l’intérieur, il est étonnant de voir à quel point la CT200 h évolue peu. Le niveau de finition reste excellent, mais la Lexus commence à sentir le poids des ans par rapport à la concurrence qui a mis les bouchées doubles pour créer des atmosphères luxueuses dans leurs habitacles et tisser un lien particulier avec les conducteurs. Ici, la présentation ne souffre d’aucun reproche majeur, mais manque cruellement de personnalité. Lexus se rattrape en faisant faire à sa protégée un grand bond en avant technologique. Comme en témoigne l’écran de 10,3 pouces, la dotation prend le virage de la modernité. La CT200 h adopte ainsi le régulateur de vitesse adaptatif, l’avertisseur de franchissement de ligne, l’aide au maintien dans la voie ou encore la lecture des panneaux. Malheureusement, même si ces dispositifs restent impressionnants, ils ne surprennent plus tant ils se sont imposés dans tous les habitacles. Reste que la CT200 h conserve ses points forts : une habitabilité au-dessus de la moyenne du segment et un niveau de confort élevé. On regrette simplement que le coffre de 375 l soit parmi les plus petits de la catégorie. Mécaniquement, la berline n’évolue pas non plus. Un choix plus compréhensible tant Toyota est en avance dans le domaine de l’hybridation. On retrouve le 2ZR-FXE, un bloc 4 cylindres 1,8 l à cycle Atkinson délivrant 99 ch et 142 Nm que vient soutenir un moteur électrique de 82 ch et 207 Nm alimenté par une batterie Ni-Mh de 1,3 kWh. La puissance totale est de 136 ch. La CT200 h abat ainsi le 0 à 100 km/h en 10,3 s et s’avance avec des consommations et des émissions très basses de 3,6 à 4,1 l/100 km et de 82 à 94 g/km de CO2 selon la taille des jantes (15, 16 ou 17 pouces). Cet ensemble sera remplacé sur l’Auris et la Prius dès 2019. À 30 050 €, la CT 200 h fait payer un peu cher ses prestations qui commencent à subir le poids du temps, mais elle a l’immense avantage d’être la seule berline compacte hybride premium du marché.

Fiche technique Lexus CT 200 h

• Cylindrée : 1 798 cm3
• Nombre de cylindres : 4
• Nombre de soupapes par cylindre : 4
• Puissance fiscale : 5 CV
• Puissance : 136 Ch
• Longueur : 4 350 mm
• Largeur : 1 765 mm
• Hauteur : 1 455 mm
• Volume de coffre : 375 l
• Poids à vide : 1 410 kg
• Émissions de CO2 : 93 g/km
• 0 à 100 km/h : 10,3 secondes
• Vitesse maximum : 180 km/h

2018-06-13T10:14:35+00:00 16/01/2018|Catégories : AUTO-MOTO & SPORTS|Mots-clés : |