Mercedes

La dernière génération de la luxueuse Classe S intègre une nouvelle calandre, une signature lumineuse inédite et une face avant redessinée.

Mercedes Classe S 450

l’avant gardiste

Depuis 1972, année où l’insigne a orné pour la première fois l’arrière langoureux de sa somptueuse li-
mousine, Mercedes-Benz a fait de sa Classe S l’étalon du luxe et de la technologie de pointe. La nouvelle génération pousse l’expérience de conduite à des niveaux jamais atteints.
Il n’y a pas beaucoup d’expériences plus enthousiasmantes que celle de se mettre au volant d’une Classe S. Peut-être s’installer à l’arrière et admirer un chauffeur en train de faire virevolter la grande berline, confortablement assis dans ce qui est, depuis 1972, la référence du luxe et du raffinement. Mais ce serait perdre une partie du plaisir de profiter d’une aventure unique, renforcée par le bond en avant technologique sans précédent que connaît la nouvelle génération.

Qui a besoin d’un chauffeur ?

Ce plaisir, la nouvelle Mercedes Classe S
se propose désormais de le prendre pour partie en charge grâce à un ensemble d’aides à la conduite des plus performants. Sûre de ses forces, la belle intègre le large écran central TFT haute définition dont le programme vise à rendre l’expérience de conduite plus douce, plus simple et plus relaxante. Il s’agit tout simplement du meilleur système de régulateur de vitesse imaginable. La Classe S sait ainsi suivre d’autres véhicules à bonne distance, accélérant et ralentissant sans que le conducteur n’ait à toucher les pédales. Elle ralentit dans les virages – dans une mesure qui est influencée par le mode de conduite sélectionné – et change aussi de voie toute seule :
il suffit de lui indiquer le moment opportun et la Classe S accélère, double et se repositionne sagement dans sa voie. Impressionnant. Toutes ces manœuvres dépendent cependant de différents facteurs, en particulier du type de route. Si vous êtes sur une autoroute avec des repères clairs, faciles à lire par les caméras et les radars, l’ensemble fonctionnera avec aisance, même s’il vous est demandé de prouver que vous ne vous êtes pas endormi au volant en saisissant celui-ci toutes les poignées de secondes. Sur une route de campagne, la technologie est moins susceptible de prendre la main. Mais la transition entre la conduite semi-autonome et la conduite manuelle devient très vite
naturelle. Autre prouesse technologique, le Magic Body Control est un système intelligent tout aussi bluffant. Et pour cause ! Il s’agit d’un ensemble de caméras qui balaient la route à la recherche des imperfections, puis règlent la suspension pour mieux les absorber. Ce dispositif existe déjà depuis 2013, mais une nouvelle caméra stéréoscopique perfectionnée effectue maintenant un balayage plus complet, sur une plus longue distance, à des vitesses plus élevées et dans des conditions plus sombres, augmentant son efficacité… Le bagage technologique est si perfectionné que l’on se demande parfois si Mercedes n’a pas collaboré avec la Nasa pour concevoir sa Classe S ! Pour l’anecdote, la berline peut ralentir lorsqu’elle s’approche d’un péage ou d’une sortie d’autoroute.
Et, de manière sidérante, si, coincé dans un trafic dense, on approche une file qui a commencé à bouger, elle tentera de ralentir de manière optimale et de régler parfaitement sa vitesse afin d’éviter d’avoir à s’arrêter et à accélérer de nouveau. La Classe S est une bien meilleure conductrice que bon nombre d’entre nous ! Sans oublier l’époustouflant dispositif d’aide au parking… Du grand art.

La vie de saloon

Bien sûr, ce surarment technologique se double d’une merveilleuse dotation mécanique sertie dans un écrin de luxe et de confort. Les trois moteurs inédits sont tous équipés d’une nouvelle boîte automatique à neuf rapports. Le bloc V8 bi turbo essence de 4 l développe 604 ch et peut désactiver quatre cylindres sous charge partielle, pour une meilleure efficience. Bien que moins puissant, le nouveau diesel 6-cylindres est un petit bijou qui s’avère plus propre et plus efficace que les anciens diesel de la Classe S.
Mais le moteur le plus innovant est l’essence, 6-cylindres en ligne de la S500. Développant 429 ch, il est accouplé à un système électrique de 48 volts. Ainsi, au lieu d’un alternateur conventionnel, il est doté d’un démarreur-générateur intégré. Une sorte de centrale électrique faisant partie intégrante du système de récupération d’énergie au freinage qui remplit de nombreuses fonctions : petits coups de boost lors des accélérations, alimentation des éléments énergivores tels que la pompe à eau et le compresseur d’air conditionné assurant un rendement constant de la climatisation, réglage du ralenti moteur ou encore start & stop plus sophistiqué. Tout en haut d’une gamme qui débute à 91 500 € et qui culmine à plus de 240 000 €, trône le modèle AMG S63
qui, poussé par le V8 4 l de 612 ch, fait de la Classe S l’une des berlines les plus véloces du marché avec un 0 à 100 km/h avalé en 3,5 s. Intelligente en diable, élégante à en perdre la tête, confortable et dotée d’un comportement dynamique hors du commun, la Classe S est ainsi une nouvelle fois une ode au plaisir qui prouve que l’on peut parfaitement allier tradition et modernité.

Fiche technique Mercedes Classe S 450

• Moteur : 6 cylindres en ligne essence
• Cylindrée : 2 987 cm3
• Puissance : 367 ch
• Couple : 500 Nm
• Poids : 2 t
• Dimensions : 5,14 x 1,9 x 1,45 m
• Coffre : 510 l
• Vitesse max : 250 km/h
• Accélération 0-100 km/h : 5,1 s
• Consommation mixte : 5, 7 l
• Émissions de CO2 : 157 g/km
• Malus : 2 300 €

Les plus :
• Bagage technologique
• Confort
• Comportement

Les moins :
• Style qui évolue peu



Le Class X s’appuie sur la base technique du Renault Alaskan et du Nissan Navara. Preuve de la bonne santé du partenariat entre l’Alliance et l’Étoile.

MercedesClasse X

à la croisée des chemins

Les pick-up connaissent un engouement sans précédent. Entre les avantages fiscaux dont ils jouissent et leur charisme qui inspire sécurité et confort, ces infatigables aventuriers en imposent. Mercedes l’a bien compris, qui revoit en profondeur son Classe X.

Dans l’ombre écrasante de la déferlante des SUV, une tendance de fond se dessine depuis quelques années : l’âge d’or des pick-up qui séduisent de plus en plus. Avec des ventes qui ont triplé en trois ans, ce genre particulier sort de sa niche et affiche au grand jour ses avantages. Et pas des moindres. Considérés comme des véhicules utilitaires, les pick-up ne subissent pas les affres de l’écomalus et il est possible, en cas d’enregistrement comme véhicule professionnel, de récupérer la TVA. Des atouts de poids quand on sait que les barèmes se sont largement durcis ces dernières années et salent rapidement les additions. Surtout lorsque l’on cherche une voiture haut de gamme, comme peuvent l’être les SUV allemands, tels le BMW X6, l’Audi Q6 ou le Mercedes GLS. Bien conscient qu’il y a là un marché à satisfaire, l’Étoile revoit en profondeur son Classe X, parfaite incarnation du gentleman-farmer.

Pour la gentry

L’élégant pick-up de Mercedes allie à la perfection les avantages de son genre, à savoir la robustesse et la grande capacité de chargement ou de tractage, à de belles qualités de grand voyageur. Il ajoute à toutes ces bonnes notes le savoir-faire de l’Étoile en matière de confort tout en conservant un avantage tarifaire certain par rapport à ses lointains cousins les crossovers. La firme de Stuttgart a profité de son partenariat avec l’Alliance Renault-Nissan pour concevoir cet élégant baroudeur qui s’appuie sur la plateforme commune de l’Alaskan et du Navara. Le Classe X se différencie avant tout grâce à son style très germanique. La calandre a été redessinée pour rejoindre les codes stylistiques du reste de la gamme et l’on retrouve la signature lumineuse des SUV étoilés. L’arrière se différencie moins de ses rivaux français et japonais. Mais c’est à l’intérieur que les changements sont les plus notables, avec une ambiance premium omniprésente. Dès que l’on prend place dans l’habitacle, on oublie immédiatement que l’on se trouve dans un véhicule au tropisme utilitaire. La planche de bord ressemble à celle des GL, comme en témoignent la double casquette sur les compteurs, les aérateurs ronds, l’écran tactile 8,4 pouces, le plaquage façon aluminium ou encore la sellerie en cuir (option). Alors, certes, l’habitabilité arrière et quelques assemblages rustiques rappellent que nous sommes dans un pick-up, mais la présentation est de très grande tenue. La benne, elle, est capable de charger jusqu’à 1,1 tonne et le Classe X peut tracter jusqu’à 3,5 tonnes. Mercedes réinvente ainsi l’utilitaire de loisir.

Sans peur et sans reproche

Les ingénieurs de Mercedes ont largement retravaillé le châssis d’origine afin de rendre encore plus confortable la vie à bord. Des amortisseurs spécifiques ont d’ailleurs été installés à cette même fin. Pour une meilleure assise sur la route, les voies ont également été élargies. Le Classe X est ainsi moins sensible au roulis que le Navara ou l’Alaskan et avale les petites routes sinueuses avec délectation. Sous le capot, on retrouve le
2,3 l diesel de 190 ch, qui est le même que celui du Renault Trafic. Il faudra attendre l’année prochaine pour avoir accès au V6 maison de 258 ch qui ravira ceux qui ont besoin d’un supplément de couple pour tracter de lourdes charges. Le bloc tricolore s’en sort avec les honneurs pour mouvoir avec aisance les 2,2 tonnes de la bête. La transmission est à la carte et sublime les grandes qualités de franchisseur du Classe X,
bien aidée par les technologies comme l’aide à la descente. Le baroudeur de Mercedes est proposé en 3 finitions (Pure, Progressive et Power) et s’affiche à des tarifs allant de 36 780 € à
50 243 €. Des prix qui s’expliquent par la présence d’équipements dignes des grandes berlines de la marque comme la climatisation automatique, le système d’ouverture sans clé, un détecteur de pluie ou encore un volant en cuir. Les technologies de conduite semi-autonome, comme la caméra 360 degrés ou l’alerte de franchissement de ligne, sont, elles, proposées en option. Des trois cousins, le Classe X est ainsi le plus cher, devant le Renault puis le Navara, mais aussi le plus classieux.

Fiche technique Mercedes Classe X 250d 190 ch

• Moteur : 4 cylindres turbo diesel
• Cylindrée : 2 298 cm3
• Puissance : 190 ch
• Couple : 450 Nm
• Vitesse max : 175 km/h
• Accélération 0-100 km/h : 11,8 s
• Consommation mixte : 6,9 l
• Émissions de CO2 : 207 g/km

Les plus :
• Style
• Confort
• Équipement
• Capacité de charge
• Capacité de franchisseur

Les moins :
• Prix des équipements
• Absence du V6 258 ch
• Certains plastiques

2018-01-17T16:31:57+00:00 07/09/2017|Catégories : AUTO-MOTO & SPORTS|Mots-clés : |