Opel

Alors qu’il partage la même plateforme technique et le même ADN que le Peugeot 3008, l’Opel Grandland X prend le contre-pied de son cousin français, en s’appuyant sur un style plus austère et peut-être moins ostentatoire.

Opel Grandland X

le fin stratège

Opel renoue avec le segment des SUV compacts et signe, avec le Grandland X, une belle coproduction avec Peugeot, avant de faire aventure commune dans une alliance rapprochée.
Lorsqu’on étudie de près la généalogie complexe de la grande famille des SUV, on retrouve deux grandes catégories de filiation. Il y a les modèles dont les constructeurs ont pris le train en marche, laissant à d’autres qu’eux le soin d’essuyer les plâtres, et il y a ceux qui ont eu besoin de montrer leurs muscles pour imposer un genre devenu quasiment majoritaire aujourd’hui. À croiser aujourd’hui le regard du nouvel Opel Grandland X, on pourrait croire que le Blitz faisait partie de la première catégorie. Mais ce serait oublier que la marque allemande lança, en 2006, son intrigant Antara, au moment même ou Nissan laissait son Qashqai. Malheureusement, ce dernier proposait plus pour moins cher et fit tomber dans l’oubli son concurrent germanique qui n’a jamais voulu revoir sa grille tarifaire. Il faut dire qu’à l’époque, General Motors, la maison mère, avait adopté une stratégie qui s’avéra perdante. Le géant américain souhaitait imposer Chevrolet en Europe sur le segment d’entrée de gamme. À charge à Opel d’occuper le terrain supérieur, voire premium. Ce positionnement ne fonctionna ni pour le premier, qui fut contraint d’abandonner le Vieux Continent, ni pour le second, qui navigua, ensuite de difficulté en difficulté. Mais à quelque chose, malheur est bon. Les coups durs successifs ont rapproché Peugeot et Opel, qui travaillent aujourd’hui main dans la main et qui dessinent une alliance pleine de promesses.

Un lion allemand

C’est ainsi qu’est né le Grandland X,
cousin germanique du Peugeot 3008. Ici, pas de positionnement forcé : chacun des deux constructeurs est libre d’afficher la grille de tarifs qu’il souhaite. Le Blitz sait qu’il peut compter sur son pré carré où le Lion a encore du mal à imposer son image de marque. La complémentarité est donc parfaite, puisqu’elle est géographique. Opel s’appuie d’ailleurs sur l’image encore solide de la « qualité allemande ». Ce qui n’est pas dénué d’ironie puisque le Grandland X est avant tout une voiture française. Ce SUV compact repose en effet sur la plateforme EMP2 de PSA, à la base du 3008 dont la nouvelle génération connaît un fulgurant succès bien mérité. Il est même construit sur les lignes de production de Sochaux. Le Blitz a quand même mis la main à la pâte pour que l’on puisse différencier les deux compères. Les retouches apportées expliquent les 3 cm de plus que mesure le Grandland X. Une taille supérieure qui n’impacte en rien l’habitabilité, identique, puisque l’empattement reste le même à 2,675 m. Le dessin de la face avant n’est pas sans rappeler celui des
« Q » de Audi et se montre suffisamment expressif pour donner du caractère au Grandland X. Opel a également fait des choix différents à l’intérieur avec, là encore, une élégante austérité qui répond clairement à l’exubérance de la proposition française. Le choc des cultures entre nos deux pays n’a jamais été aussi bien matérialisé que dans ces deux visions d’une même automobile. Alors qu’ils ont d’innombrables points communs, tout les sépare. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle : ils pourront séduire, chacun, un public très différent.

Équipement de pointe, motorisations resserrées

Le jeu des différences s’arrête toutefois lorsqu’il s’agit d’aborder la dotation technologique. Les deux modèles sont équipés de manière moderne, riche et cohérente, avec le désormais traditionnel défilé d’aides à la conduite (reconnaissance des panneaux, détection d’angle mort, assistance au stationnement, etc.) et de système d’info-divertissement.
« En moyenne, l’Opel Grandland X en offre autant que le Peugeot 3008 pour 3 % à 5 % moins cher », résume Loic Salaun, responsable marketing produit. Le premier tarif est affiché à 25 600 €
avec le 1,2 Ecotec essence Turbo de
130 ch. Pour le remplacer, il n’y aura pas l’embarras du choix puisque le Grandland X ne propose qu’un autre bloc diesel BlueHdi 120 en attendant l’arrivée future de versions plus puissantes. Le positionnement tarifaire est, quoi qu’il en soit, intelligent puisqu’avec un cœur de gamme à 30 000 w, le Grandland X vient titiller avec brio le segment supérieur des Renault Kadjar et autres Nissan Qashqai. Les grandes ambitions sont de retour chez Opel.

Fiche technique Opel Grandland X 1,2 l Ecotect Turbo 130

• Dimensions : 4,48 x 1,86 x 1,61 m
• Volume de coffre : 514 l
• Réservoir : 53 l
• Moteur : 3-cylindres essence
• Cylindrée : 1199 cm3
• Puissance : 130 ch
• Couple : 230 Nm
• Poids : 1 350 kg
• 0 à 100 km/h : 11,1 s
• Vitesse max. : 188 km/h
• Consommations mixtes : NC
• Émissions de CO2 : 124 g/km

2018-01-17T15:51:14+00:00 07/09/2017|Catégories : AUTO-MOTO & SPORTS|Mots-clés : |