Peugeot

Peugeot a largement revu sa copie pour présenter un 3008 flambant neuf. Le résultat est sidérant d’audace et de modernité.

Peugeot 3008

chef de meute

Peugeot va nettement mieux. Le Lion a de quoi pavoiser : le nouveau 3008 est sans doute l’un des SUV les plus réussis du moment.

Le succès ne se décide pas. Sorti en 2009, le 3008 premier du nom n’avait pas grand-chose de séduisant sur le papier, si ce n’est un comportement dynamique de premier ordre et une habitabilité au-dessus de la moyenne. Face à ses lignes banales, il aurait été difficile de prévoir que ce monospace, qui a vu le jour au cœur de la période la plus morose de l’histoire de Peugeot, connaîtrait un quelconque succès commercial. Pourtant, le miracle a eu lieu. Ce « mono-SUV » fut un véritable succès et continue à l’être : avec plus de 8 000 exemplaires vendus l’an passé, il n’a pas à rougir devant le pourtant très récent Renault Kadjar, qui s’est écoulé à près de 9 500 exemplaires. Face à cela, le Lion pouvait opter pour deux stratégies : faire évoluer en douceur une formule qui plaît afin de continuer à assurer des chiffres de ventes satisfaisants ou alors revoir entièrement sa copie pour valider l’entrée dans une nouvelle ère. Peugeot, pour le plus grand plaisir des amateurs de belle carrosserie, a choisi la seconde solution.

Retour vers le futur
Les ingénieurs sont partis d’une page quasiment blanche et se sont appuyés sur les réussites esthétiques que furent les nouvelles 208 et 308. Capot plat nervuré, flancs galbés sensuels, calandre verticale agressive, poupe abrupte : le 3008 nouvelle génération sort le grand jeu pour se démarquer dans une jungle de plus en plus dense. Les ventes des SUV ont en effet bondi de 250 % depuis 2009. La proposition est audacieuse et fait mouche : peu de SUV peuvent s’enorgueillir de lignes aussi séduisantes. Et les petites mains de PSA ne se sont pas arrêtées là. L’envoûtement se poursuit lorsque l’on découvre l’intérieur. D’une modernité absolue, l’habitacle a été l’objet de tous les soins. Souvent critiqué, l’i-cokpit fait peau neuve derrière un écran de 8 pouces regroupant les principales fonctions d’infodivertissement. Le volant, de petite taille, se déploie au-dessus d’une inédite dalle numérique de 12,3 pouces qui remplace les aiguilles analogiques classiques et peut servir d’affichage tête haute, notamment de la carte. La 3008 prend assurément le virage de la haute technologie. Et ce n’est pas l’armada des aides à la conduite présente qui viendra témoigner du contraire. Miror Screen, recharge par induction, régulateur de vitesse intelligent, aide au stationnement avec vision à 360°, entre autres, composent une dotation futuriste.

Les bons ingrédients
Sous le capot, on retrouve deux moteurs essence, le 1,2 l PureTech 130 et le virevoltant 1,6 l THP 165 ch, qui pourrait être le choix le plus judicieux de l’offre. En diesel, la gamme se compose de deux blocs : le 1,6 l BlueHDI décliné en 100, 120 et 150 ch et le 2 l BlueHDI en 150 et 180 ch. Du solide donc, qui permettra de profiter pleinement de l’augmentation de la taille et, ainsi, de l’habitabilité du 3008, qui gagne tout de même 8 cm en longueur et 7 cm en largeur. La plateforme technique de ce nouveau roi de la jungle des SUV est la même que celle de la 308. Cela permet au 3008 d’enregistrer une importante cure d’amincissement. Ce parti pris est payant : le 3008 ne semble souffrir d’aucun des défauts propres aux SUV et affiche le comportement d’une berline. Le roulis est inexistant et l’agrément de conduite est renforcé par une direction réactive et agile. Peugeot confirme ainsi son savoir-faire pour le moment inégalé dans le domaine. Le catalogue s’ouvre à 25 900 € avec le 1,2 l Puretech 130 ch en finition Allure. Mais il faut compter plus de 30 000 € pour une version bien équipée, en diesel ou en essence. Peugeot vient d’annoncer la préparation d’une déclinaison cabriolet qui vaudra certainement le détour et donnera enfin une concurrente digne de ce nom au Land Rover Evoque. Une motorisation hybride est également dans les cartons pour parfaire une offre qui n’aura alors absolument plus rien à envier à la concurrence.

Fiche technique Peugeot 3008 1,6 l BlueHDI 120 ch

• Moteur : diesel 4-cylindres
• Cylindrées : 1560 cm3
• Puissance 120 ch
• Couple : 300 Nm
• Dimensions : 4,44 x 1,84 x 1,62 m
• Coffre : 520 l
• Poids : 1 300 kg
• Accélération : 11,2 s
• Vitesse max. : 189 km/h
• Consommation mixte : 4 l/100 km
• Émissions de CO2 : 104 g/kmLes plus :
• Style
• Équipement
• Confort
• Comportement routier
• Direction
• Choix des moteurs

Les moins :
• Facture qui peut vite grimper

Concurrence :
Renault Kadjar
Nissan Qashqai
VW Tiguan

2018-06-13T11:17:26+00:00 13/03/2018|Catégories : AUTO, AUTO-MOTO & SPORTS|Mots-clés : |