Smart

La Smart Fortwo met les doigts dans la prise et s’offre une version électrique décapotable, idéale pour les trajets urbains cheveux au vent.

Smart Fortwo

le rayon de soleil

Le temps n’est peut-être pas aux longues sorties cheveux au vent caressés par la douce langueur d’un soleil généreux, mais, alors que les frimas de l’hiver resserrent leur emprise, il est souvent salutaire d’ouvrir une petite fenêtre sur un coin de ciel bleu. C’est exactement ce que propose la Smart Fortwo Cabriolet. Un soleil électrique, s’il vous plaît !
En se lançant dans une aventure commune avec la Renault Twingo, la Smart, que ce soit en version Fortwo ou en déclinaison Forfour, s’est découvert de nouvelles ambitions. Avec son bloc de 90 ch, la minuscule citadine peut désormais virevolter en dehors des centres-villes, son terrain de jeu historique. Avec son moteur électrique, la Smart se recentre sur son domaine privilégié. Après l’itération classique, c’est au tour du cabriolet d’accueillir le petit bloc survolté afin de profiter du soleil dans le plus grand des silences ou, en tout cas, faire une incantation salutaire pour le retour des beaux jours.

Puce électrique
Croyez-le ou non, la Fortwo Cab Eletric Drive est le seul modèle convertible électrique disponible sur le marché. Cette singularité vaut à elle seule le détour. Immédiatement, le charme de la petite puce agit. Il suffit d’appuyer sur la pédale d’accélération pour que la perplexité devant une telle proposition se transforme en véritable enthousiasme. C’est fluide, c’est direct, c’est rapide : en un mot, ça pousse ! La réponse du moteur est immédiate et sans à-coup, grâce à la transmission automatique sans réducteur. Et la puissance est au rendez-vous avec 82 ch (60 kW) sous le capot. Cette Smart se paie même le luxe d’atteindre rapidement les 130 km/h et on la sent capable d’aller encore plus vite. Smart a toutefois décidé, pour des raisons d’autonomie, de brider sa minicitadine. Par une belle journée, on a, en bonus, le plaisir supplémentaire du vent dans les cheveux tout juste accompagné par le très léger bruit d’un moteur tout droit sorti d’un film futuriste. L’expérience de conduite est agréablement tranquille. Comme pour toutes les Smart cependant, la Fortwo Cabrio Electric Drive est plus à l’aise en ville que sur l’autoroute où elle tangue assez vite.
Il faut maintenant régler une bonne fois pour toutes la question de l’autonomie. Le constructeur, se basant sur le très optimiste cycle NEDC, annonce 150 km. Dans les faits, le rayon d’action tourne davantage autour de 100 km en ne ménageant pas la Smart. Cela peut paraître peu, surtout lorsque l’on compare ce chiffre à ceux de la nouvelle Renault Zoé ou de la Nissan Leaf (400 km), mais la Smart, compte tenu de sa taille, ne peut pas accueillir les mêmes batteries. Le positionnement nous semble donc judicieux puisqu’il est très rare qu’en ville on réalise des trajets supérieurs à 50 km. La recharge s’effectue en plus de 5 heures sur une prise murale classique, en 3 h 30 sur le dispositif Wall Box et il faudra moins de
45 minutes pour remplir la batterie à
80 % avec le chargeur rapide de 22 kW qui sortira au printemps prochain.

Présentation raffinée
Si vous avez déjà vu l’intérieur d’une Smart Fortwo Cabrio de série, la version Electric Drive vous sera familière. Le seul changement réel est l’ajout d’une jauge qui indique la charge restante. En dehors de ce petit détail, nous sommes en face du même tableau de bord, qui est soigneusement conçu et fini. On apprécie les couleurs vives et les textures inhabituelles, mais on regrette que certains des plastiques semblent un peu bon marché. L’ensemble est toutefois robuste. La Fortwo offre des bacs de porte généreux, mais la boîte à gants est minuscule. Comme la batterie de l’Electric Drive est placée sous les sièges, elle ne grève pas l’espace de coffre déjà réduit : il y a juste assez de place pour quelques sacs, mais pas plus. Le toit décapotable n’arrange pas cette affaire. Un seul niveau de finition est proposé, basé sur la version Prime. L’offre est généreuse avec des sièges avant chauffants, un régulateur de vitesse, des garnitures en cuir et des roues en alliage de 15 pouces. De plus, les modèles Electric Drive sont équipés de câbles de recharge pour les prises de courant domestiques et publiques, de capteurs de stationnement arrière, d’un écran tactile avec navigation par satellite et d’un générateur de son ambiant qui avertit les piétons de la présence de la voiture. La Smart fait payer un peu cher sa singularité sur le marché : à 26 250 €, elle n’est pas ce que l’on peut appeler une citadine abordable ! Mais le bonus écologique et la prime à la conversion font diminuer la note finale de 10 000 €. De quoi la repositionner dans la bonne fourchette.

Fiche technique

• Dimensions : 2,69 x 1,66 x 1,56 m
• Poids à vide : 1 065 kg
• Moteur : électrique synchrone à courant triphasé
• Puissance : 60 kW / 81 ch
• Couple : 160 Nm
• Batterie : Lithium-ion de 17,6 kWh
• Transmission : aux roues arrière
• 0 à 60 km/h : 4,9 s
• 0 à 100 km/h : 11,5 s
• Vitesse max : 130 km/h
• Autonomie : 160 km homologués
• Rejets de CO2 : 0g / km
• Bonus : 6 000 € et 10 000 € avec mise à la casse d’un diesel de plus de 10 ans

Les plus :
• Agrément en ville
• Agilité et dynamisme
• Solution durable
• Recharge à 80% rapide

Les moins :
• Autonomie encore limitée
• Prix un peu élevé avant bonus

2018-03-13T16:41:44+00:00 07/09/2017|Catégories : AUTO-MOTO & SPORTS|Mots-clés : |