Suzuki

Avec sa silhouette espiègle, son équipement riche, sa transmission intégrale et sa motorisation hybride, la Suzuki Ignis, qui a en plus le bon goût d’afficher des tarifs attractifs, a tout pour plaire.

Suzuki Ignis

proposition indécente

Suzuki a fait du segment des petits véhicules urbains son terrain de jeu favori. Déjà présent avec le Vitara, le S-Cross, le Jimmy ou la Swift, l’Anguille ajoute l’étonnante Ignis, SUV très compact qui s’enorgueillit de proposer une transmission intégrale et une motorisation hybride, le tout à un tarif imbattable.

Ce n’est pas parce que le marché automobile est durablement sorti de la crise que la survie de ses acteurs en est rendue plus facile ni même assurée. Les plus petits constructeurs doivent en effet faire face à une densité inédite sur les segments les plus en vogue, notamment ceux des véhicules urbains. Pour se démarquer dans cette jungle, il faut s’avancer avec des propositions innovantes, qui se distinguent du commun des modèles. Nissan l’avait compris en premier avec son Qashqai ou son Juke. Suzuki emboîte le pas à son rival insulaire en multipliant les sorties originales, comme cette Ignis qui ne ressemble à aucun autre véhicule actuel. Avec sa garde au sol légèrement surélevée et ses porte-à-faux arrière très courts, l’Ignis se présente comme un SUV « ultra-compact ». Sa longueur de 3,70 m ne viendra pas la contredire. Ces proportions étonnantes intriguent et l’on se laisse rapidement séduire par son petit côté espiègle, renforcé par sa silhouette tassée, comme une puce prête à bondir. Des lignes qui trahissent sa principale singularité : sa transmission intégrale 4×4 qui la place dans la même cour que la Panda 4X4, davantage que dans celle de la Renault Twingo ou de l’Opel Adam Rocks.

La bonne surprise
L’Ignis enchaîne les bonnes surprises. Après l’étonnement conféré par son style unique, la citadine nous enchante avec son étonnante habitabilité rendue particulièrement spacieuse par une garde au toit élevée. Les grands gaillards de plus d’1,90 m s’y trouveront à leur aise. Même son coffre de 260 l est plus important que la grande majorité des mini-citadines (Peugeot 108, Toyota Aygo, Renault Twingo, etc.).
Suzuki nous ayant habitués aux plastiques durs dans ses modèles de segments supérieurs, on n’est pas étonnés d’en retrouver sur l’Ignis, d’autant qu’ils sont bien ajustés et que le traitement tricolore (noir et blanc associé à de l’orange ou du « titane ») rend l’habitacle convivial. L’Ignis soigne son originalité avec une planche de bord, des commandes, des poignées de porte ou encore des aérateurs au design décalé. L’impression de rouler dans une auto différente est bien réelle sans pour autant que la proposition soit trop excentrique. L’Ignis n’est pas avare en équipements, notamment sur la finition haute « Pack », qui offre notamment le freinage actif d’urgence, l’alerte de franchissement de ligne, le régulateur/limiteur de vitesse ou le système multimédia avec écran de sept pouces et caméra de recul. Même la finition de base « Avantage » se montre déjà correctement équipée, avec la climatisation et l’allumage automatique des phares.

4×4, hybride et compagnie
Sous le capot, c’est un moteur 1,2 l Dualjet de 90 ch, sans turbo, qui opère. Bien qu’il soit suffisant en ville, il montre rapidement ses limites sur route. L’Ignis peut cependant recevoir une alternative microhybride où ce même moteur Dualjet est secondé par un alternodémarreur et une batterie lithium-ion qui ajoutent du couple à l’accélération. La différence est notable, l’Ignis gagne ce qu’il lui manquait. Et c’est d’autant plus agréable qu’elle présente un comportement stable associé à un excellent amortissement sur les chemins. L’Ignis est une parfaite petite souris des villes et une bondissante souris des champs. La transmission intégrale est pour beaucoup dans cette grande polyvalence, avec un système Allgrip Auto de répartition de couple automatique sur les roues arrière, comme sur la Swift.
Cerise sur le gâteau, l’Ignis ne fait pas payer bien cher toutes ses bonnes dispositions. Le tarif d’accroche est fixé à 12 790 €. Il faut compter 800 € de plus pour le système hybride qui fait gagner également 0,3 l d’essence aux 100 km. La version au-dessus, Privilège, est à
13 490 € et intègre les sièges avant chauffants, la banquette coulissante 50/50, les rétroviseurs électriques, les rails de toit et les jantes en alliage. Enfin, l’Ignis Pack à 15 390 €, modernise l’ensemble avec un écran tactile 7 pouces, le GPS, la caméra de recul et les fonctions Android Auto et Apple CarPlay. Une affaire en or, en somme.

Fiche technique Suzuki Ignis 1,2 l Dualjet SHVS 4×4

• Cylindrée : 1 242 cm3
• Puissance : 90 ch
• Longueur x largeur x hauteur :
– 3,70 x 1,69 x 1,60 m
• Capacité du coffre : 227 litres
• Consommation moyenne :
– 4,7 l/100 km
• Vitesse maxi : 165 km/h sur circuit
• Accélération 0-100 km/h : 11,5 s
• Émissions de CO2 : 106 g/km
• Bonus (ou malus) écologique : 0€

2018-06-05T10:41:18+00:00 01/03/2018|Catégories : AUTO, AUTO-MOTO & SPORTS|