Suzuki

La Swift passe la quatrième et s’offre pour l’occasion un joli lifting.

Suzuki Swift

La passe de 4

La Swift accueille sa quatrième génération. Le best-seller de Suzuki profite de la fête pour s’offrir un petit bloc hybride inédit. La petite puce japonaise a définitivement tout pour plaire.« Tout ce qui est petit est mignon. » Suzuki semble avoir repris ce proverbe à son compte. C’est en tout cas ce que l’on peut penser lorsqu’on survole son catalogue. Si les valeureux S-Cross et Vitara font figure de gros gabarits, quatre des principaux mo-dèles du constructeur jouent dans la catégorie poids plume. Sur ce po-
dium XXS, aux côtés du SUV ultracompact Ignis, de la discrète et économique Celerio et de la rationnelle Baleno, trône bien évidemment la Swift. Le constructeur japonais a eu beau enchaîner les nouveautés ces dernières années, la citadine reste son best-seller, avec près de 5,5 millions d’exemplaires écoulés dans le monde. Le goût des petites choses bien faites et le souci du détail expliquent en partie ce succès. Celle qui doit, théoriquement, être comparée à la Ford Fiesta ou à la Skoda Fabia pour son positionnement, peut sans rougir se mesurer à des rivales plus à la mode comme la Fiat 500 ou la Mini. C’est sans doute flatteur, mais ce n’est pas immérité, tant, avec peu de moyens, la Swift arrive à faire beaucoup et à transcender son statut de citadine économique (qui a dit low cost ?).
Attachante…

La quatrième génération qui vient de prendre la route pousse encore plus loin le dépassement de soi. D’une part, le style s’ancre nettement plus dans l’air du temps. La calandre se fait plus sportive et note l’arrivée de petites touches de chrome, le faciès est toujours jovial, tandis que les phares arrière rappellent un peu les dernières productions de Volkswagen et d’Audi. La proposition esthétique est une nouvelle fois réussie. Et ce n’est pas l’adoption d’un pavillon flottant qui viendra ternir ce beau tableau. À l’intérieur, la montée en gamme est encore plus flagrante. Toutes les Swifts sont bien équipées de base, mais il est conseillé d’entrer au moins au deuxième niveau de finition si vous souhaitez une voiture connectée. En effet, la Swift propose alors un écran tactile couleur de 7,0 pouces avec Apple CarPlay,
Android Auto et MirrorLink qui vient remplacer l’autoradio Bluetooth de base. Le régulateur adaptatif, la caméra de recul ou l’alerte de franchissement de ligne apparaissent également au catalogue des options. En haut de la gamme, on retrouve la navigation satellite, même si le dispositif pèche un peu par sa définition et ses graphismes datés. La qualité intérieure n’a jamais été l’un des points forts de Suzuki et la nouvelle Swift ne fait pas vraiment exception, même si les progrès sont notables. Pour atteindre un tel niveau de prix avec de telles qualités mécaniques, il faut bien trouver des postes à rogner. Tout est quoi qu’il en soit assemblé avec soin et les finitions sont robustes, même si les plastiques sont effectivement durs, brillants et peu attrayants. La Swift compense largement ces menus défauts par une habitabilité exceptionnelle. Il ne
s’agit peut-être pas d’une grosse voiture, mais les 40 mm supplémentaires qui ont été ajoutés à la largeur du véhicule permettent à l’avant de se sentir étonnamment à l’aise. Les sièges avant sont également suffisamment bas pour que même les conducteurs de grande taille aient suffisamment d’espace pour la tête. Il en va de même à l’arrière où deux adultes de belle corpulence pourront trouver confortablement place, les genoux dégagés des dossiers des sièges avant et la tête à bonne distance du plafond. C’est un peu juste, en revanche, si vous souhaitez accompagner trois rugbymen au match du dimanche. À noter que toutes les Swifts sont livrées en cinq portes.

et joueuse

Mais le plus grand atout de cette nouvelle Swift se trouve sous le capot où l’on retrouve les nouveaux moteurs 1,2 l Dualjet de 90 ch et le 1 l turbo à injection directe Boosterjet de 102 ch.
Celui-ci se décline également en version hybride SHVS, comme sur la Baleno. Une première pour la Swift, qui lui permet d’être encore plus à l’aise en ville. Pour plus de peps, il y a aussi la version sport avec son bloc 1,4 l Boosterjet de 140 ch. Fait rare pour le segment, il est possible d’opter pour une transmission 4×4, idéale pour contrer les pièges tendus par l’hiver. Bien équipée, séduisante et disposant d’un comportement dynamique et joueur, la Swift est donc une nouvelle fois une bonne surprise. Même ses tarifs n’arrivent pas à gâcher la fête puisqu’ils s’échelonnent de 13 190 à 18 390 €.

Fiche technique Suzuki Swift 1,2 l 90

• Moteur : 4 cylindres, essenceCylindrée : 1 242 cm3
• Puissance : 90 ch
• Dimensions : 3,84 x 1,69 x 1,51 m
• Coffre : 211 à 902 l
• Consommation moyenne : 5 l
• Vitesse max : 165 km/h (circuit)
• Accélération 0-100 km/h : 12,3 s
• Émissions de CO2 : 116 g/km
• Malus écologique : 0 €

Les plus :
• Style
• Équipement
• Transmission intégrale
• Moteur hybride

Les moins :
• Plastiques durs

2018-01-18T14:13:30+00:00 09/01/2018|Catégories : AUTO-MOTO & SPORTS|Mots-clés : |