VOLVO

Volvo V60 : l’œuf et la poule

En règle générale, lorsqu’un constructeur décide de produire un break, c’est qu’il a déjà bien ficelé la version berline. Mais Volvo n’est pas un constructeur comme les autres. La firme suédoise a bâti son histoire sur la renommée de ses breaks. Il était alors tout à fait normal qu’il présente tout d’abord sa V60 avant de lancer la berline S60 dans le grand bain.

Volvo trace son chemin. La remontée du constructeur suédois passé sous pavillon chinois depuis quelques années maintenant est impressionnante. Avant-gardiste dans le domaine de la sécurité, ne succombant que de manière relative aux modes du temps, comme celle des SUV, toujours capable de se positionner comme un concurrent plus que crédible aux ténors allemands et maintenant français, la filiale de Geely se porte bien. L’occasion était donc inespérée pour Volvo de revenir, après une belle incursion sur le segment porteur des SUV, à ses premières amours, les breaks. La V60 fait son grand retour, juste avant le lancement de la berline S60 prévu pour cet été. Entre l’œuf et la poule, entre le break et la berline, Volvo a choisi. Il faut dire que c’est dans cette déclinaison longue que la V60 s’est le plus vendue sous nos latitudes.

Prestations royales

Et ce choix s’avère payant. N’y allons pas par quatre chemins, même si ce valeureux break adore les sentiers non battus, la nouvelle griffe esthétique de la V60 est une réussite chimiquement pure. Les lignes sont d’une finesse et d’une élégance absolues. Le travail réalisé est impressionnant, mélange de force, de caractère et de retenue. Les courbes du capot, comme taillées par le vent, répondent parfaitement aux lignes plus tendues des optiques et du bas des flancs. C’est sobre, mais puissant et d’une efficacité redoutable. Le V60 succède à son illustre aïeul qui avait pris la route pour la première fois en 2010. Huit ans, c’est une éternité dans le domaine de l’automobile. La V60 a changé d’ère et cela se voit. Le gabarit a été modifié : il s’allonge ainsi de 12 cm (4,76 m), s’élargit de 2 cm (1,87 m), mais s’abaisse de 5 cm (1,43 m). Il va sans dire qu’avec de telles proportions, la V60 fait nettement plus sportive. Sans surprise, l’habitacle de cette nouvelle venue doit beaucoup à celui des derniers modèles de la marque, comme le XC60 ou le XC90. C’est chaleureux comme l’intérieur d’un luxueux chalet à la montagne.
Les technologies intégrées sont parfaitement rodées avec des interfaces limpides et d’une rare simplicité d’utilisation. Tout tourne autour du magnifique écran tactile 8 » de série qui regroupe toutes les commandes. Comme chez Tesla, il se divise en plusieurs parties qui permettent d’accéder immédiatement aux menus les plus importants (radio, GPS, climatisation). Tout se règle à partir de là. L’équipement de série comprend 7 airbags, la climatisation automatique bi-zone ainsi qu’un système audio à 8 HP. Et c’est compter sans les innombrables équipements de sécurité, cheval de bataille de Volvo depuis des années.
La Volvo V60 soigne aussi ses passagers. L’empattement, allongé de 9 cm (2,87 m), profite à l’habitabilité, notamment aux places arrière. Et les petites attentions se multiplient : sièges chauffants, ventilés et massants aux places avant, climatisation séparée à l’arrière, prise pour les consoles et les tablettes des enfants… rien n’est laissé au hasard.

Prestance et sécurité

Au lancement, prévu pour l’été, on retrouvera deux moteurs diesels développant 150 ch (D3) et 190 ch (D4). La boîte automatique à 8 rapports (Geartronic 8) est en option sur le D3 et de série sur le D4. Il faudra attendre la fin de l’année pour pouvoir choisir un bloc essence, le T5. À la même période, deux déclinaisons hybrides rechargeables seront également proposées : un T6 Twin Engine AWD (340 ch) et un T8 Twin Engine AWD (puissance cumulée de 390 ch). Ce seront sans aucun doute les versions les plus attrayantes de cette V60 qui ne manque pas d’atouts. Même si la sortie n’est pas prévue avant septembre, les précommandes ont été ouvertes au moment du Salon de Genève. Le catalogue comprend 3 niveaux de finitions (Momentum, Inscription et Inscription Luxe) et le premier prix atteint 39 630 € en version D3 BVM6. C’est 4 000 € de plus que la précédente génération, mais il y a un monde d’écart.

Pas de fiche technique avant Genève.


Le Volvo XC60 continue sa marche en avant. Après un restylage qui l’a mis à la pointe de la technologie, voici venu le temps de la motorisation hybride rechargeable T8, parfaitement adaptée à un usage urbain et périurbain en accord avec les enjeux de l’époque.

Volvo XC60 T8, premier de cordée

Pour continuer à voguer de succès en succès, Volvo dote son XC60 d’une inédite motorisation hybride rechargeable T8. Le SUV suédois devance ainsi la concurrence Premium et vient la frapper là où elle s’y attendait sans doute le moins : son avance technologique.

Bien avant son restylage de l’an passé, le XC 0 enregistrait infatigablement d’excellents chiffres de vente malgré son âge avancé. Au bout de six longues années de bons et loyaux services, le SUV suédois s’est vu offrir une mise à jour salutaire qui lui a redonné sa place de pionnier des crossovers Premium modernes. Mais les mutations en cours sur la planète auto obligent les grands constructeurs en général et Volvo en particulier à toujours innover. Le downsizing et le recours à l’électricité ou à l’hybridation sont désormais des passages obligés afin de préparer l’avenir et de répondre au mieux aux enjeux économiques et écologiques qui s’imposent à l’industrie automobile. Pas étonnant, alors, que la firme nordique ait décidé d’intégrer un moteur hybride rechargeable au catalogue de sa superstar. Ce moteur, c’est le T8, qui a déjà été étrenné avec succès sur le XC90.

Le couple gagnant en ville

Ce bloc fait fonctionner en harmonie un moteur thermique de 2 l développant 320 ch sur le train avant et un dispositif électrique de 87 ch (65 kW) sur l’essieu arrière. Un système qui permet au XC60 de bénéficier d’un bonus de 6 000 € et d’être exonéré de la taxe sur les véhicules de société. Sur une prise de 16 ampères, la batterie se recharge en 2 h 30 et offre une autonomie de 45 km en tout électrique. Il faudra compter environ 5 heures sur une prise de 8 ampères. Un rayon d’action idéal pour toute circulation en ville. En tout électrique, le SUV suédois est parfaitement silencieux et offre un agrément de conduite incomparable. Une quiétude qui n’est même pas troublée lorsque le moteur thermique démarre, grâce à la parfaite insonorisation de l’habitacle. Déjà extrêmement confortable, le XC60 se mue ici en véritable salon sur roues. Peu de véhicules peuvent se vanter d’offrir une telle douceur de vivre à ses passagers. Volvo a d’ailleurs fait le choix de régler ses suspensions davantage en mode confort qu’en mode performances. Malgré son poids de 2 115 kg, le XC60 se montre agile et facile à manier derrière une direction exemplaire. Le T8 s’articule autour de six modes de conduite : le Pure, 100 % électrique, l’Hybride et sa conduite classique bien aidée électroniquement, le Power pour une puissance maximale, l’Off Road pour le tout-terrain, le Hold tout thermique qui préserve la batterie et le Save pour la recharger en roulant. Un mode entièrement paramétrable est également disponible. Avant de louer les formidables dispositions routières du XC60, il convient de rappeler que cette version hybride rechargeable se destine à un usage urbain et périurbain. Un terrain de jeu bien défini qu’il est impératif d’intégrer au moment de l’achat. À 130 km/h sur l’autoroute, le XC 60 consomme entre 10 et 11 l/100 km. Le moteur électrique ne servant alors à rien, le crossover est plus gourmand que la version diesel D5 et ne bénéficie pas de la même capacité de réservoir. En d’autres termes, l’autonomie est plus faible et la consommation plus importante. En ville, en revanche, les consommations chutent drastiquement et passent largement sous celles des autres versions disponibles au catalogue.

Toujours aussi accueillant

Le XC60 T8 bénéficie toujours de la même qualité de présentation et de la richesse d’équipement que la version classique. Il faut choisir entre quatre niveaux de finition (Momentum, R-Design, Inscription et Inscription Luxe) démarrant à 70 300 €. Le haut de la gamme dépasse allègrement les 80 000 € avec les options. Toutefois, la dotation de série est généreuse, notamment en milieu de gamme, avec par exemple les jantes alliage de 19 pouces, le toit ouvrant panoramique ou encore la suspension pilotée. La présentation intérieure est toujours aussi séduisante avec ce vaste écran tactile 9 pouces qui regroupe toutes les commandes. Comme chez Tesla, il se divise en plusieurs parties qui permettent d’accéder rapidement et intuitivement aux fonctionnalités les plus importantes. Le combiné d’instrumentation de 12,3 pouces impressionne toujours autant et affiche les compteurs, l’ordinateur de bord, les données hybrides et le guidage GPS. On retrouve l’ensemble des dispositifs de sécurité si chers à Volvo, comme la prévention de changement de voix sur la voie opposée pour éviter ou atténuer une collision frontale potentielle, et la conduite semi-autonome capable de prendre en main la direction, l’accélération et le freinage jusqu’à 130 km/h. Destiné à un public bien précis, ce T8 n’a pas de concurrent direct et fait office de pionnier. L’Audi Q5 n’est pas encore livré en version hybride rechargeable et il faudra attendre l’année prochaine pour que BMW sorte un X3 qui en bénéficiera. Seul le Mitsubishi Outlander PHEV pointe le bout de sa calandre, mais ses performances et ses prestations le situent à un niveau inférieur au luxueux Volvo XC60.

Fiche technique de la Volvo XC60 :

• Moteur : 4 cylindres + bloc électrique sur le train arrière
• Cylindrée : 1 969 cm3
• Puissance : 320 ch à 5 700 tr/min + 87 ch en électrique
• Puissance cumulée : 407 ch
• Couple : 400 Nm entre 2 200 et 5 400 tr/min + 240 Nm en électrique
• Transmission : intégrale avec les deux moteurs
• Boîte de vitesses : automatique, 8 rapports
• Longueur : 4,69 m
• Largeur : 1,90 m
• Hauteur : 1,66 m
• Volume du coffre : 468 à 1 395 l
• Capacité du réservoir : 50 l
• Poids à vide : 2 115 kg
• 0 à 100 km/h : 5,3 secondes
• Vitesse maximale : 230 km/h (125 km/h en électrique)
• Consommation mixte : 2,1 l/km
• Rejets de CO2 : 49 g/km
• Bonus : 6 000 €

2018-09-06T16:24:37+00:00 06/09/2018|Catégories : AUTO-MOTO & SPORTS|